Face aux phénomènes d’usure rapide des pièces mobiles des moteurs dans les années 1930, la société des huiles YACCO était à la quête d’épreuves spectaculaires pour démontrer au grand public que ses huiles diminuaient de façon significative cette usure prématurée. Quoi de plus impressionnant que de soumettre à des épreuves extrêmes des voitures de série, en l’occurrence des Citroën, qui étaient toujours munies d’une mécanique de série, modifiées ou non au niveau carrosserie (Rosalie l à Vlll). YACCO avait déjà réalisé l’expérience du faux-cabriolet 7S (Rosalie Vll) sur l’autodrome de Linas-Montlhéry en juillet 1934.

La 11AL des 100.000 kilomètres (Rosalie lX):

Les sources d’information à son sujet sont très maigres, tout comme l’iconographie qui se résume à 3 ou 4 photos de piètre qualité et à un dépliant composé d’une feuille unique dont vous avez vu la photo au début de cet article.

 

Rosalie IX, tout comme la Rosalie Vll n'est pas une « caisse carrée » de la série des 8, 10 ou 15, mais une Traction 11AL noire immatriculée 8154 - RK, numéro attribué à Paris en novembre 1935. Visiblement, il s’agit d’un modèle sorti entre le 15 octobre 1934 et le 1ier octobre 1935, documenté par sa calandre chromée avec ses chevrons placés derrière les barres, ses phares à verre plat et sa plaque d’immatriculation arrière centrale. Ses roues à 6 tocs et à prise étroite d’enjoliveurs ainsi que les sièges « Tubauto » à barre chromée permettent de dater sa sortie d’usine entre avril et octobre 1935.

Des logos « YACCO » verts sur fond clair étaient appliqués sur les ailes avant et les portières en empiétant sur le montant central, comme le montre la miniature à l’échelle 1/43 sorti fin 2008. Une inscription calligraphiée « Rosalie lX » était peinte en couleur claire ou blanche au-dessus du pare-brise. Le modèle réduit est affublé d’une inscription beaucoup trop grande. Une inscription similaire placée au-dessus de la lunette arrière semble probable, mais aucune photo du dos n’est connue. Deux phares à visière « Code 100% » comme sur la 11AL des 400.000 kilomètres de François Lecot avaient pris place sur les faces latérales de la calandre. Une lanière en cuir avec son plombage rendant impossible l’accès à la mécanique est visible sur la capot. Elle était solidement rivetée de chaque côté et munie d’un plomb de sertissage posé sur la boucle de cuir, certifiant ainsi qu'une intervention mécanique n'avait pas été effectuée durant l’épreuve. Ce même dispositif avait été réalisé sur la Rosalie Vll, la 7S des records de 1934. Un petit détail auquel je vous avais déjà rendu attentif sur la page de la 7S de Pierre Louÿs: la fuite de graisse (flèche rouge) du roulement extérieur du moyeu avant droit, décidément un point faible des premières Traction!!!

Cette image prise de front est intéressante à plusieurs points de vue. Elle montre l’asymétrie flagrante de la face avant (phares de série, phares à visière « Code 100% » et grilles de klaxon à hauteur différente, marquage par traits rouges) suite à la présence de deux ailes différentes, un sigle YACCO oblique à droite et horizontal à gauche et un pare-chocs bien faussé. Sur le pare-brise, nous pouvons lire une inscription : « YACCO » en lettrage de couleur claire. La lanière en cuir avec son plombage est également bien visible. Il s’agit donc d’une photo prise après la fin des 100.000 kilomètres, à l’occasion de la tournée de publicité et de remerciement chez les concessionnaires et agents Citroën ayant participé ou non à l’épreuve. Au fond, une Traction millésime 1936 avec sa malle ouvrante de l’extérieur bien visible à ses deux poignées..

La photo suivante montre deux ailes avant fort différentes: le galbe des deux ailes diffère, et puis détail mieux visible: la grille du klaxon droit est située plus bas que celle de gauche. Il y a donc eu un échange d’ailes suite à un accident. En regardant à la loupe le document ci-dessus, on voit qu’à ce moment, les 2 grilles de klaxons sont placées au même niveau, en position basse (à 10 cm mesurés du centre de la grille au bord inférieur de l’aile), caractéristique des ailes jusque fin 1935. Il y a donc eu un accident pendant le parcours, mettant en cause l’aile gauche. On a alors pris une aile de 1936 (grille de klaxons placée en position haute à 14 cm mesurés du centre de la grille au bord inférieur de l’aile) soit de stock soit démontée sur une voiture d’exposition afin de ne pas entraver le bon déroulement de la performance. Le logo « YACCO » est disposé horizontalement sur cette aile de remplacement.

Collection O. de Serres

Le raid des 100.000 kilomètres de la Rosalie lX:

L’épreuve étant sous le contrôle officiel de l’A.C.F. et donc soumise aux règles strictes concernant les réparations et travaux d’entretien permis sur le moteur, le capot fut serti comme celui de la Rosalie Vll par une grosse lanière en cuir munie d’un plombage. La moyenne maximum autorisée étant fixé à 65 km/h, nous en déduisons que le temps de conduite journalière moyen était de 23 heures. Si l’on décompte le temps pour faire les pleins et les quelques entretiens et graissages, on voit que la 11AL était en service 24/24 heures durant un peu moins de 67 jours. Il s’agissait d’une performance non pas d’un personnage individuel, mais celle d’une voiture, de son moteur et de son graissage.

 

Le départ eut lieu le dimanche 15 mars 1936 à Paris, nous ne disposons pas de photo de cette journée. Les étapes étaient réalisées à tour de rôle par 63 concessionnaires de la marque « YACCO », dont de nombreux agents Citroën, avec le soutien de César Marchand et de son équipe. Les conducteurs se relayaient en moyenne toutes les 3 heures au volant.

 

Le parcours exact était tombé à l’oubli pour plusieurs décennies. Vu que beaucoup de monde participait à la performance, un parcours connu d’avance et touchant toutes les régions de la France était supposé et a été confirmé par la redécouverte récente d’un plan original. Les 100.000 kilomètres furent parcourus sur une vingtaine de parcours reliant Paris à différentes villes de France. Afin de faciliter le déplacement, les grands axes routiers de l’époque furent choisis, d’autant plus que c’était là que les concessionnaires s’étaient établis.

 

Nous vous montrons en exclusivité une carte de l’Hexagone avec les villes traversées par la Rosalie IX, que j’ai digitalisée sur base d’une carte d’époque originale relatant ces exploits. La Rosalie n’a jamais quitté le territoire national durant tout le raid.

 

Considérant la France comme le cadran d’une montre avec Paris comme son centre, nous commençons à 12.00 heures et progressons dans le sens des aiguilles:

Zone de Texte: Les différences 
entre 7S et 11AL

Les 7S

connues

Zone de Texte: La 7S du Raid
Paris - Moscou
Zone de Texte: La 7S du Tour de
France et Belgique
Zone de Texte: La 7S du calendrier
1935 P. Louÿs (1) (2)
Zone de Texte: La 7S des Records
(Rosalie Vll)
Zone de Texte: Le cabriolet 7S de
Jacques Schwab 
Zone de Texte: Les 7S
survivantes
Zone de Texte: SPECIAL 
7S et 11AL
Zone de Texte:

Les 11AL connues

Zone de Texte: La 11AL des 400.000
km Lecot (1) (2) (3)
Zone de Texte: Les 7S, 11AL et 11A Paris-Nice 35 (1) (2)
Zone de Texte: La 11AL du  Magasin l’Europe
Zone de Texte: Les 11AL
survivantes
Zone de Texte:
Zone de Texte: Zone de Texte: La 11AL des 400.000
km Lecot (1) (2) (3)
Zone de Texte: La préparation d’un
Grand Raid Routier
Zone de Texte: Le pari de
François Lecot
Zone de Texte: La 7S du Raid
Paris - Moscou
Zone de Texte: Le restaurant Lecot
à Rochetaillée
Zone de Texte: La 7S du Tour de
France et Belgique
Zone de Texte: Les retombées publicitaires du Raid
Zone de Texte: Zone de Texte: Zone de Texte: Zone de Texte: Le raid Lecot dans
la Presse d’époque
Zone de Texte: Zone de Texte: Zone de Texte: Zone de Texte: Zone de Texte: Zone de Texte: Zone de Texte: Zone de Texte: Zone de Texte: Zone de Texte: Zone de Texte:

La 11AL des 100.000 Kilomètres (Rosalie lX)

Traction Avant 1934-1935

En 1936, suite au développement de ses huiles, YACCO voulait réaliser une nouvelle performance avec une Traction Avant Citroën, peut-être inspiré par la tentative du record invraisemblable de François Lecot qui sillonnait depuis juillet 1935 les routes de France afin de tenter ses 400.000 kilomètres en une année. A ce moment là, ce raid était assez bien présent dans les médias. Or, François Lecot n’utilisait pas les huiles « YACCO », mais les huiles « MOBILOIL » préconisées par le Quai de Javel. Il fallait donc réagir rapidement.

 

Une Traction Avant Citroën fut acquise par la société « YACCO » dans le but déclaré de faire mieux que la 11AL Lecot /MOBILOIL, en se proposant de réaliser quelques 1.500 kilomètres par jour pendant plus de 2 mois, totalisant 100.000 kilomètres en un peu plus de 60 jours, performance incroyable pour l’époque, si l’on tient compte de l’état des routes du milieu des années 1930.

 

A la différence de la performance de François Lecot, cette distance n’était pas abattue par un seul homme, mais par toute une équipe de 63 concessionnaires Citroën provenant de tout l’Hexagone. Ces hommes se relayaient au volant et étaient entourés et soutenus par le fameux César Marchand et son équipe.

 

La Traction fut baptisée « Rosalie lX » selon une tradition bien établie par la société YACCO qui appelait ainsi toute la lignée de ses voitures des records.

 

Le seul dépliant connu à ce jour est visible à droite, de plus, la seule photo en action avec la Rosalie y est publiée, celle qui suit en est un extrait.

Une Traction ancien modèle pour un raid à visée médiatique? Les modèles millésime 1936 se distinguent sans peine par une calandre peinte avec des chevrons placés devant les barres, des phares à verre bombé et la malle ouvrante de l’extérieur, ce qui amène la plaque d’immatriculation sur l’aile arrière gauche. Vous pourrez apercevoir un exemplaire de ce millésime plus loin sur cette page.

 

Deux cas de figure se présentent: ou bien la 11AL est une fin de série achetée neuve fin octobre / début novembre 1935 avec peut-être une remise de prix (à cause de l’évolution du modèle surtout au niveau carrosserie) ou bien elle est une occasion achetée à cette même période. Il est vrai que la crise économique était toujours d’actualité, et même les grandes sociétés devaient économiser.

Modèle réduit de la Rosalie IX plutôt bien réussi...

Le vendredi 1er mai, 69 000 kilomètres étaient bouclés. Un calcul rapide nous montre que les 1500 kilomètres par jour étaient donc bien réalisés. Le dimanche 24 mai 1936, les 100.000 kilomètres étaient atteints et l’arrivée eut lieu à minuit sur la Place de la Concorde à Paris, ce qui rappelait un peu la tradition des performances Citroën du temps du Patron. Pour la petite histoire, ce jour-là, au Mur des Fédérés du cimetière du Père-Lachaise, une manifestation record se déroula avec Blum et Thorez en tête, au beau milieu du mouvement gréviste composé de 600 000 personnes. On était à quelques semaines seulement après la victoire du Front Populaire. Les temps incertains ne se prêtent guère à des performances de ce style, les retombées commerciales furent par conséquence très minces. Hormis un dépliant publicitaire, pas grand-chose est resté dans la mémoire collective.

 

On réalisa quand-même une tournée de publicité et de remerciement auprès des concessionnaires et agents Citroën ayant participé ou non à l’événement. Je n’ai aucune information quant au sort de cette Traction.

Guy LOOS  © 2004 - 2009

Arrivée le 24 mai 1936 à minuit Place de la Concorde à Paris, dans la tradition des raids du temps du Patron.

Collection J. Borgé et N. Viasnoff

Nous remarquons que la majorité des villes traversées se situé au nord de la France, au-dessus d’une ligne reliant Nantes à Dôle. Seules 3 grandes villes du sud de la France sont desservies, par des trajets directs: Biarritz, Toulouse et Marseille. Chaque point rouge sur la carte représente un point-relais sur le parcours, c’est ici que toutes les trois heures se relayent les différentes équipes de conducteurs. A une époque où le téléphone était encore plutôt rare et le télégramme la messagerie la plus rapide hormis peut-être le télégraphe réservé aux sociétés, cette organisation est tout-à-fait remarquable.

 

En combinant les parcours dans l’encadré et la carte, vous pouvez aisément attribuer à chaque point rouge le nom d’une ville, d’autant plus que les points cardinaux sont clairement identifiés par leur nom.

(01) Paris - Amiens - Arras - Lille

(02) Paris - Soissons - Reims - Rethel - Mézières

(03) Paris - Meaux - Châlons-sur-Marne - Verdun - Metz

(04) Paris - Vitry-le-François - Nancy

(05) Paris - Provins - Nogent-sur-Seine - Troyes - Bar-sur-Aube - Chaumont - Langres - Vesoul

(06) Paris - Melun - Sens - Montbard - Dijon - Dole

(07) Paris - Melun - Sens - Auxerre - Avallon - Châlons-sur-Saône - Macon - Villefranche - Lyon - Vienne - Valence - Avignon - Aix - Marseille

(08) Paris - Montargis - Nevers - Moulins - Clermont-Ferrand - Le Puy - St Etienne - Lyon

(09) Paris - Orléans - Bourges - Châteauroux (Orléans - Vierzon - Châteauroux) - Limoges - Brive-la-Gaillarde - Cahors - Montauban - Toulouse

(10) Paris - Orléans - Blois - Tours - Châtellerault - Poitiers - Angoulême - Bordeaux - Bayonne - Biarritz

(11) Paris - Chartres - Châteaudun - Vendôme - Tours - (Châtellerault - Poitiers - Angoulême - Bordeaux - Bayonne - Biarritz)

(12) Paris - Chartres - Châteaudun - Vendôme - Tours - Saumur - Angers

(13) Paris - Chartres - Le Mans - La Flèche - Angers - Nantes

(14) Paris - Versailles - Dreux - Alençon - Mayenne - Fougères - Rennes

(15) Paris - Versailles - Dreux - Argentan - Vire - Granville - Coutances

(16) Paris - Evreux - Lisieux - Deauville

(17) Paris - Evreux - Lisieux - Caen - Cherbourg

(18) Paris - Pontoise - Rouen - Le Havre

(19) Paris - Pontoise - Dieppe

(20) Paris - Pontoise - Beauvais - Le Tréport

(21) Paris - Pontoise - Beauvais - Abbeville - Boulogne-sur-Mer - Dunkerque (alternative: Boulogne-sur-Mer - Saint-Omer - Dunkerque)