7PVU et 11PVU :

Idem 7A mais disponible en deux carrosseries

- Berline utilitaire 2 portes 2 places (coach 2 places) moteur 78 x 80 1529 cm³

- Berline utilitaire 2 portes 2+2 places (coach 4 places) moteur 78 x 100 1911 cm³ (idem 7 Sport)

Ces voitures ressemblent à la berline avec des portes de faux cabriolet et une porte arrière ouvrante en deux parties (voir détails en bas de cette page) facilitant le chargement bien avant le coffre ouvrant instauré en octobre 1935. L'empattement est raccourci pour la berline 2 places, identique à la berline classique pour la 4 places. La berline 7PVU 4 places comporte à l'avant deux sièges séparés et à l'arrière deux strapontins identiques à la série disposés perpendiculairement au sens de marche. Ces carrosseries ne seront jamais produites en série. Elles réclamaient des emboutis très différents de la série donc un outillage et des matrices d'emboutissage spécifiques. La naissance de la 11A sera à ce titre assez délicate. A la place de ces voitures, la Rosalie sera de nouveau produite en deux versions 7UA à moteur inversé MI 7CV de la 7C et version 11UA à moteur MI 11CV de la 11A. La chaîne de distribution se trouve à l'avant et de fait le carburateur est sur le côté gauche.

Un seul exemplaire artisanal de 7PVU semble avoir été réalisé. Il a été aperçu à Lyon avant la guerre. René Bellu a redessiné cette voiture. Elle est visible à la page 228 de son ouvrage "Toutes les Citroën" édité en 1980 aux éditions Jean-Pierre Delville ainsi que page 107 du Guide Traction. Nous l’avons redessiné pour vous avec des proportions plus exactes.

Un seul document exceptionnel donnant un aperçu de ce type de modèle est parvenu jusqu'à nous (ci-dessous). Il n'a, avec la légèreté dont ont fait preuve les auteurs jusqu'ici, jamais été totalement exploité. Cette photo très connue présente l'artiste Flaminio Bertoni en train de peaufiner la maquette en plastiline d'un prototype de coach 11PVU à 2 portes et 2 places (coach 2 portes sur empattement raccourci). La calandre à partie supérieure effacée est parfaitement visible. Pour des raisons de standardisation, tout l'avant est celui de la berline 11A, la portière est empruntée au faux cabriolet mais comporte l'échancrure basse caractéristique des portes arrières de 11A. L'arrière reprend celui de la berline (custode, emplacement de la roue de secours) avec une porte de malle ouvrante en deux parties préfigurant sans doute ce qui sera développé sur la 11 Commerciale. Les phares dont l'emplacement est connu, donc d'importance secondaire, sont absents. On ne peut s'empêcher d'admirer la finesse (on disait à l'époque la précision) de travail de Bertoni, dont l'œil d'aigle, enregistrant symétries, courbes, galbes, harmonies se moquait des calculs mathématiques et de la table à dessin. La Traction, rappelons-le, est avant tout une sculpture. On peut voir l'artiste marquer l'emplacement des feux Stop par un trait de pinceau sur les ailes arrières. Prévue pour figurer dans une revue spécialisée en 1950, Automobiles Citroën refuse la publication de cette photo au dernier moment. Le journal laissera un emplacement en blanc en expliquant le refus du constructeur. Pourquoi ce refus ? Pour plusieurs raisons : d'abord le secret imposé par le bureau d'études Citroën, pour ne pas rappeler l'époque troublée de l'année 1934 peu glorieuse pour Michelin toujours détenteur de la firme, pour ne pas faire la publicité des usines du temps du Patron, pour tirer un trait sur le passé et se tourner vers le futur. Les Michelin seront toujours agacés du culte entretenu autour d'André Citroën (aujourd'hui et après le passage sous le giron de Peugeot, la bataille semble hélas gagnée) lui reprochant des erreurs de gestion en quelques sorte indignes de son charisme.

 

Jérome COLLIGNON  © 2003

La 11PVU en version berline utilitaire 2 portes 2 places (coach 2 places) à empattement court

© Guy Loos 2003

La 7PVU en version berline utilitaire 2 portes 2 places (coach 2 places) à empattement court

© Guy Loos 2003

La porte de malle ouvrante en deux parties:

Comment s’imaginer cette porte de malle ouvrante? Rares, très rares sont les 11 Commerciales d’avant-guerre survivantes (fabriquées seulement de fin 1937 à 1941), donc la grande majorité des passionnés ne connaît point ce dispositif. Nous allons essayer de clarifier cette affaire sur cette page. Nous avons pris la photo d’une 11 Commerciale d’un catalogue de 1939 pour illustrer la malle ouvrante en deux parties. Une curieuse 7 artisanale avec malle ouvrante a été retrouvée sur une carte postale en 2008.

Une large ouverture qui se prolongeait jusque dans la calotte du toit était coupée dans la tôle arrière de la coque. Il y avait deux panneaux : la porte arrière inférieure (A) qui différait des portes de malle des berlines de série d’après octobre 1935 par une découpe de sa partie supérieure et l’absence de poignées, et une porte arrière supérieure (B) munie de poignées (les mêmes que celles montées sur les portes de malle des berlines après octobre 1935) et disposant de deux charnières apparentes. Les deux portes s’ouvraient donc dans le sens opposé. La porte supérieure était maintenue en position ouverte par une bielle de maintien (C) de chaque côté, tandis que la porte inférieure pouvait prendre différentes positions plus ou moins entrouvertes grâce à deux chaînes d’attache (D).

 

Un problème concernant cette malle ouvrante persiste: les 11 Commerciales avaient des demi pare-chocs arrières (E), car la porte inférieure en position ouverte venait plus bas que le pare-chocs des berlines. Je pense donc que les demi pare-chocs étaient déjà prévus sur les PVU. En ce qui concerne la plaque d’immatriculation arrière, elle était sûrement déplacée sur l’aile gauche comme sur les images bien connues du prototype de Sensaud de Lavaud et sur les modèles 7 et 11 d’après octobre 1935.

 

La glace de lunette arrière était celle des berlines, donc on peut postuler que celle des PVU était la même aussi.

A

Les détails de la malle arrière ouvrante en 2 parties sur une 11 Commerciale de 1939

Planche extraite du Catalogue des pièces détachées No 386 montrant le détail de la malle arrière

Pour finir, je vous montre encore une réalisation scandinave des années 50 qui évoque la 7PVU longue, donc celle vue à Lyon par René Bellu.

Cette porte supérieure de malle en bon état était en vente sur Ebay il y a quelque temps.

Guy LOOS  © 2003 - 2008

La 11PVU en version berline utilitaire 2 portes 2 places (coach 2 places) à empattement court, une photo originale de belle qualité!

Collection Bertoni

Les « 7 PVU et 11 PVU »

Traction Avant 1934-1935

Zone de Texte: Les 7
Zone de Texte: Les 7 Sport 
et 11AL
Zone de Texte: Les 11 versions
longues
Zone de Texte: Les 11A
Zone de Texte: Les 22 
Zone de Texte: Plans techniques
de la 22V8 (1)  (2)
Zone de Texte: Les Traction
« Front »
Zone de Texte: MODELES
Zone de Texte: Zone de Texte: