2° Les Traction Avant du Paris-Nice 1935

La berline 11A 1934 No 31 des époux Pouderoux:

C’est une 11A tricolore en finition « Luxe » qui est probablement une des toutes premières 11A commercialisées. Il se peut aussi que ce soit un modèle de présérie, identifiable à son absence d’avertisseurs intégrés dans les ailes avant (je vous rappelle que la 11A a été acceptée aux mines le 11 juin 1934 et commercialisée dès le 1er septembre 1934) et à son absence de gouttières de portes. Les avertisseurs ronds et chromés type 7A/B/C/S ont été réclinés sur le côté externe du pare-chocs et se trouvent maintenant derrière sa lame. La calandre est à sommet bombé du type spécifique « 11A ». L’image d’un cabriolet 11A de présérie avec avertisseurs sur les pare-chocs se trouve sur notre page consacrés à l’authenticité des roadsters et dans le « Grand Livre de la Traction » de notre ami Olivier de Serres. Les jantes sont munies de cercles enjoliveurs chromés « Jantex ». Les coloris de la carrosserie sont soit le bleu franc / bleu royal / noir, le vert foncé / vert clair / noir ou le gris foncé / gris composé / noir. Un macaron « Paris - Nice » et le numéro de course sont peintes en couleur claire sur les portières avant. Un feu de position (?) unique est monté sur l’aile gauche, détail bien visible sur la photo du départ des 300 mètres que vous avez découverte plus en avant. Des quatre Tractions engagées dans la course, seule la 11AL cabriolet de Marquet et la 31 Pouderoux portent cet accessoire sur l’aile gauche.

La berline 7S 1934 No 32 de Larroque:

La berline 11AL 1934 ou 1935 No 33 de Barré:

Le cabriolet 11AL 1934 No 34 de Marquet:

Cette Traction est une 7S, Comment affirmer que c’est une 7S et non pas une 11AL ou même une 7C? Par déduction: 1° pas d’avertisseurs intégrés dans les ailes avant (regardez bien l’image publiée plus haut sur le départ des 300 mètres départ arrêté: derrière la 11A, la 7S pointe le museau), mais des avertisseurs ronds chromés qui ont été réclinés sur le côté externe du pare-chocs et se retrouvent derrière sa lame comme sur la 11A Pouderoux, et absence de gouttières de portes. Le tableau des résultats détaillés ne montre pas le type exact de voiture, mais la cylindrée du moteur qui est de 1,911 litres. Vu que les 11AL ont seulement été livrées avec les avertisseurs intégrés dans les ailes avant, la conclusion d’une 7S s’impose.

 

Si vous regardez bien la photo « de famille » avec les 4 Tractions, vous voyez que la 7S est haute sur pattes par rapport à la 11AL qui la suit. Vous remarquez que les bras inférieurs du train avant, normalement sensiblement horizontaux, font un angle bien visible (voir flèche rouge) avec l’horizontale. Les tractionnistes savent bien que la hauteur de la coque peut être réglée au niveau des barres de torsion. Larroque a donc augmenté la garde au sol, mais la raison de cette action m’échappe…

 

Je n’ai pas trouvé de photo avec la 7S isolée, elle est visible sur 3 clichés que vous découvrez tous sur cette page. La couleur de la caisse pourrait être le gris Perle ou beige Maintenon avec les ailes noires bien sûr. Un macaron « Paris - Nice » et le numéro de course sont peintes en couleur claire sur les portières avant, dans le style de la 33 Barré.

C’est une 11AL tricolore en finition « Luxe » comme la 11A Pouderoux, munie de gouttières de portes. Les avertisseurs intégrés de façon typique dans les ailes avant sont bien visibles sur la photo du parc fermé de Nice. Les coloris de la carrosserie sont soit le bleu franc / bleu royal / noir, le vert foncé / vert clair / noir ou le gris foncé / gris composé / noir. Une inscription « Paris - Nice » et le numéro de course sont peints en couleur claire sur les portières avant. Pas de macaron. La Traction est bien poussiéreuse, témoin de l’était de certaines routes prises par le critérium.

Le seul cabriolet Traction de l’édition 1935 du « Paris - Nice », est une 11AL monochrome de couleur foncée, probablement bordeaux (ou noire) à capote beige. Son numéro d’immatriculation 2805-RJ4 a été attribué en novembre 1934 à Paris. Avec ses avertisseurs intégrés de façon typique dans les ailes avant, l’identification comme 11AL ne fait aucun doute. L’inscription « Paris - Nice » et le numéro de course sont peints en couleur claire sur un macaron moins foncé que la couleur de la carrosserie appliquée sur les portières avant. Une seul phare à visière « Code 100% » a été monté sur l’aile avant gauche. Comme toutes les voitures participant au critérium, la 11AL arbore la plaquette carrée (insigne du Fonds National pour la Voiture de Course Française) sur le côté droit de la calandre. L’aile avant gauche dispose du feu de position unique comme la No 31 de Pouderoux. Monsieur Marquet semble être lhomme ayant posé sa main sur la poignée de la porte conducteur.

 

Si vous avez un peu consulté les tableaux publiés, vous avez remarqué que les performances de la Traction de Marquet sont toujours très en dessous de ceux des 3 concurrents, que ce soit au niveau freinage, accélération, braquage ou démarrage à froid. Ceci peut être un problème dû à la Traction... ou alors provoqué par un chauffeur inexpérimenté...

La 11AL cabriolet de Marquet. Sur l’aile avant gauche, le feu de position unique comme sur la 11A Pouderoux. La photo a été prise au départ de Paray - Vieille - Poste, comparez avec la deuxième photo de cette page...

Guy LOOS  © 2004 - 2007

Pentagone:   1  DEBUT DE L’ARTICLE

Dans les tableaux concernant les caractéristiques techniques des voitures engagées dans le « Paris-Nice », il y a une rubrique « pont » qui correspond bien sûr au pont arrière des voitures à propulsion. Il ne s’y trouve qu’une seule valeur, p.ex. 9 x 32 pour la Panhard et Levassor 2,8 litres de Legré, qui correspond à la démultiplication du pont arrière. Les Traction Avant quant à elles se retrouvent avec 2 valeurs. Il est évident que le 9 x 31 est le couple conique qui est de série sur les 4 voitures, tandis que le 22 x 28 est le pignon de la prise directe (troisième vitesse). Le rapport de cette prise directe de 0,785 est conforme à la série en première disposition.

 

Deux commentaires s’imposent:

 

1° La 11A des Pouderoux a un pignon de la prise directe de 39 x 20 qui donne un rapport de 1,95 (!!) évidemment pas de série, qui correspond à une très grande démultiplication et explique le nombre de tours de roue au kilomètre très réduit de cette 11A par rapport à ses concurrentes ainsi que le résultat de l’épreuve de « ralenti et accélération » dont j’ai repris des résultats partiels dans la dernière colonne du tableau précédent: la 11A ne met que 32 secondes, par rapport aux plus de 40 secondes des autres Tractions. Et le cabriolet de Marquet? Vu ses mauvais résultats tout au long des différentes épreuves, je pense que c’est probablement le chauffeur qui fut en cause…. Le huit cylindres de la Bugatti quant à lui, vu le ralenti bas et régulier, permet de réaliser une performance dépassant la minute!

 

2° Le nombre de tours de roue au kilomètre en ce qui concerne les 3 Traction Avant « non truquées » varie entre 2020 et 2052, excepté la 11AL de Larroque qui affiche une valeur de 2309. Erreur de mesure? Non, je pense tout simplement que cet équipage avait équipé la 11AL de pneus 140x40 au lieu des 150x40 montés de série. Faisant le calcul, c’est la solution qui s’impose. Les résultats du 300 mètres départ arrêté et du 500 mètres départ lancé ainsi que l’épreuve de ralenti et accélération confirme d’ailleurs mon hypothèse.

 

Le Concours « Auto-Radio »

 

Comme en 1934, un concours spécial dit « Auto-Radio » avait été adjoint au Critérium, grâce à la générosité et à l’initiative de M. Mertens, directeur-propriétaire des Etablissements « Snubbers », fabricant de postes TSF. M. Mertens avait pris part au Paris-Nice pendant les premières années de son existence, et il s’en était souvenu lorsqu’il a demandé la création d’un concours « Auto-Radio » au sein de l’épreuve. Ce concours réservé aux voitures équipées d’un poste TSF avait réuni en 1935 7 compétiteurs. Deux émissions par le poste de Radio-Lyon eurent lieu le samedi 13; l’une le matin et l’autre dans l’après-midi. C’est Dominique Lamberjack, doyen de l’épreuve et pilote d’un autobus Saurer-Diesel à moteur Diesel 6 cylindres de 7 litres avec injection directe qui remporta le premier prix avec son poste TSF… « Snubbers », tandis que Pouderoux gagna le second prix avec son « Auto-Home Citroën ». Sur la photo de l’épreuve de freinage, la flèche rouge montre le support avant de l’antenne sous la carrosserie comme sur la photo de la « 7 » découpée du Salon de l’Automobile.

 

Les époux Pouderoux et leur 11A réaliseront un excellent score dans cette épreuve de 1935: ils seront deuxièmes de la catégorie « 2 litres » et troisièmes dans le classement général. Ils participeront encore plusieurs fois au Paris-Nice pendant les années d’avant-guerre au volant de Traction Avant.

Une 11A « truquée » ??

 

Suite à de nouvelles recherches sur le sujet et à la récupération de revues automobiles d’époque, il semble bien que la voiture des Pouderoux ait été « truquée »! Henri Petit, directeur de l’épreuve et éminent journaliste, s’explique ainsi dans « La Vie Automobile » du 10 mai 1935: (…) comme toute épreuve au règlement sévère et qui existe depuis de nombreuses années, Paris-Nice reçoit tous les ans quelques engagements de voitures spécialement travaillées pour l’adaptation étroite au règlement: c’est ce qu’on est convenu d’appeler des voitures truquées (…) Je me contenterai d’indiquer que, s’il y a une lacune dans le règlement, cette lacune est passée inaperçue des concurrents jusque l’année dernière. Nous avons vu l’an dernier, l’un d’eux essayer de passer au travers du trou du règlement: la fortune ne lui a que modérément souri. Cette année, deux concurrents ont, eux-aussi, vu le trou et ont sauté à pieds joints dedans. L’un d’eux a pu ainsi s’approcher très près de la première place. (…) La troisième place revient à Pouderoux avec une Citroën de 1,911 de cylindrée. Pouderoux est un des concurrents astucieux qui a vu la lacune du règlement et qui en a habilement profité. Ce qui n’enlève rien d’ailleurs à la qualité de sa voiture qui s’est révélée remarquable. La préparation de la voiture de Pouderoux était vraiment admirable: Pouderoux est d’ailleurs un vieil habitué de Paris-Nice et il y a toujours fort bien figuré (…).

Collection G. Loos

Collection G. Loos

Zone de Texte: Les différences 
entre 7S et 11AL

Les 7S

connues

Zone de Texte: La 7S du Raid
Paris - Moscou
Zone de Texte: La 7S du Tour de
France et Belgique
Zone de Texte: La 7S du calendrier
1935 P. Louÿs (1) (2)
Zone de Texte: La 7S des Records
(Rosalie Vll)
Zone de Texte: Le cabriolet 7S de
Jacques Schwab 
Zone de Texte: Les 7S
survivantes
Zone de Texte: SPECIAL 
7S et 11AL
Zone de Texte:

Les 11AL connues

Zone de Texte: La 11AL des 400.000
km Lecot (1) (2) (3)
Zone de Texte: La 11AL du  Magasin l’Europe
Zone de Texte: La 11AL des 100.000 km (Rosalie lX)
Zone de Texte: Les 11AL
survivantes
Zone de Texte:
Zone de Texte:
Zone de Texte: La préparation d’un
Grand Raid Routier
Zone de Texte: Le pari de
François Lecot
Zone de Texte: La 7S du Raid
Paris - Moscou
Zone de Texte: Le restaurant Lecot
à Rochetaillée
Zone de Texte: La 7S du Tour de
France et Belgique
Zone de Texte: Les retombées publicitaires du Raid
Zone de Texte: Zone de Texte: Zone de Texte: Zone de Texte: Le raid Lecot dans
la Presse d’époque
Zone de Texte: Zone de Texte: Zone de Texte: Zone de Texte: Zone de Texte: Zone de Texte: Zone de Texte: Zone de Texte: Zone de Texte: Zone de Texte: Zone de Texte:

Les 7S, 11AL et 11A du Paris-Nice 1935 (2e partie)

Traction Avant 1934-1935

Comparaison entre les 4 Traction Avant et d’autres engagés aux épreuves

 

Pont

Nb de tours de roue au km

Poids total

(en kg)

300 m départ arrêté (en s)

500 m lancés

(en s)

Ralenti sur

100 m (en s)

Pouderoux

(11A)

9 x 31

39 x 20

827

1310

20,2

19,2

32

(en prise directe)

Barré

(7S)

9 x 31

22 x 28

2020

1205

19,6

20,8

40,8

(en prise directe)

Larroque

(11AL)

9 x 31

22 x 28

2309

1100

19,4

18,2

42,6

(en prise directe)

Marquet

(11AL cabriolet)

9 x 31

22 x 28

2052

1180

20,4

22,8

32,4

(en prise directe)

Descollas

(Bugatti 3,2 litres)

14 x 54

1680

1620

17,0

15,0

64,8

(en prise directe)

Legré

(P&L 2,8 litres)

9 x 32

1594

1820

23,4

17,6

45,8

(en prise directe)