Voici une carte postale représentant un cabriolet Traction sur un parking qui se trouve visiblement à côté d’une zone à accès restreint, du fil barbelé en défend l’accès. Le panneau visible au-dessus du cabriolet laisse deviner les mots « TERRAINS RESERVES » et en-dessous « DEFENSE... », tout le reste étant indéchiffrable. Un deuxième panneau est visible à gauche. Au fond de l’image, on aperçoit une Ford V8-48 millésimée 1935 qui semble neuve, derrière une Citroën C4 dépourvue d’immatriculation, à bord de laquelle un homme en train de fumer semble être en attente. A droite vue de dos, une deuxième caisse carrée qui pourrait être une autre C4 est garée derrière le fil barbelé.

Le cabriolet Traction bicolore présente la particularité que la plaque d’immatriculation avant originale est partiellement masquée (on aperçoit la plaque d’origine qui dépasse en-dessous) par une plaque provisoire en cuir (?) 7145-W7 qui est un numéro d'immatriculation d’essai. A bord se trouvent quatre personnages: un jeune homme au béret clair avec sa cigarette clouée au bec, sa compagne habillée d’une robe à pois clairs, et dans le spider un homme et une femme plus âgés (parents respectivement beaux-parents du couple?). Qu’est-ce que cette scène surprenante pourrait bien représenter?

 

Les plaques d’immatriculation en W: Ces plaques servaient et servent toujours à immatriculer un véhicule détenu par un constructeur (véhicules en essai, en réparation ou en modification) ou plus fréquemment par un vendeur automobile. Leur réglementation date de 1910 avec la création de l'immatriculation en W qui sera codifiée en 1912 avec mention sur l'immatriculation du numéro de l'arrondissement minéralogique, de W1 à W18. Jusqu’en 1958, les plaques de garage ont toujours été sur fond noir, numérotées de 1 à 9999, suivi du W puis d'un chiffre correspondant au "chef-lieu" de délivrance. Paris, et donc les Usines Citroën, disposaient du xxxx-W1 (voir aussi page sur les 22V8). Le 7145-W7 était attribué à Douai (Nord - Pas de Calais).

La 11A et la Panhard & Levassor 6CS de Nice:

La Traction est une berline 11A, identifiable à ses goulottes d’essence situées à la même hauteur que les feux arrières. Elle pourrait être tricolore, en finition luxe, avec des enjoliveurs de roues (à 6 tocs vu la forme des enjoliveurs, donc après le 1er décembre 1934). La poussière abondante sur la carrosserie pourrait nous induire en erreur, elle serait à ce moment peut-être monochrome irisée bleu, bordeaux, vert, marron, beige ou gris foncé, nuancier disponible dès l'été 1935. Des clignotants montés au sommet des ailes avant, conformes à la nouvelle législation, datent la photo vers 1936. Son immatriculation est le 7781-PF6, numéro attribué dans le Rhône entre juillet et août 1935 et correspond donc bien à ses caractéristiques extérieures.

 

La Panhard & Levassor est une 6CS type X68 (13CV) ou X69 (14 CV) construite entre 1930 et fin 1933, identifiables à leur tuyau d’échappement qui débouche à gauche; celui des moteurs des 6DS débouchant à droite. Ces modèles seront remplacés par les X72 et X71 qui évolueront vers les fameuses Panoramique se caractérisant par leur carrosserie surbaissée munie de montants latéraux de pare-brise dédoublés avec une petite vitre incurvée insérée sensée donner une vision intégrale et panoramique. L’immatriculation est le 3722-MB9, numéro attribué dans le Nord vers le 15 juillet 1934. Ce serait donc soit un « matériel roulant », donc une voiture attachée à l’Usine utilisée par des collaborateurs bien placés et vendue comme occasion, soit une voiture d’occasion normale. A côté de cette limousine, le notable a eu un cabriolet Panhard & Levassor de 1935/36 et l'une des toutes premières berlines Dynamic de 1936. Le père Carpentier a ensuite racheté la limousine et l'a utilisée jusqu'en 1954.

Cette photo nous a été envoyée par notre ami Arnaud Blanc-Nikolaïtchouk (le Tchouk), grand enthousiaste des Panhard & Levassor (P&L) et animateur du Registre des Doyennes de Panhard et Levassor. Elle lui a été envoyée par Léon Carpentier dont le père, né en 1908 et décédé en 2001 était chauffeur. Son employeur a eu avant guerre plusieurs modèles de Panhard à moteur sans soupapes. La photo a été prise en 1938 dans les environs de Nice. Un site internet sur les Panhard & Levassor Panoramique a été créé en 2008, avec comme animateur principal un des deux auteurs de ce site, propriétaire d’un des ces modèles rares et techniquement hors du commun.

Encore une image qui nous est parvenue par l’intermédiaire de notre ami Thierry Dubois, source intarissable de photos d’ambiance. Appartenant à Thierry Aubert habitant La Voulte en Ardèche (sur la N86, l'équivalent de la N7 sur la rive droite du Rhône), elle représente la N7 à Loriol situé en Drôme. La scène devrait se situer en plein été (ombres au sol minimales), vers 1935 ou 1936, à voir la tenue vestimentaire des rares habitants. Remarquez le revêtement goudronné parfait de la chaussée. De même, le poteau de signalisation en métal devant la Traction est neuf, et on peut bien voir le béton de fixation dans le sol est tout frais. Il semble donc bien que les travaux sur cette route soient juste terminés avant la prise de vue, ou serait-ce au contraire la raison-même de la photo? Une caisse carrée (Rosengart LR4?) est visible au fond.

La Traction en finition "luxe": tricolore est soit en livrée bleu franc / bleu royal / noir soit vert foncé / vert clair/ noir soit gris foncé / gris composé / noir. Les jantes sont dans la couleur claire des bas de caisse. Les ailes sont pourvues de grilles de klaxons peints dans la couleur de la caisse, en position basse (à 10 cm mesurés du centre de la grille au bord inférieur de l’aile), caractéristique des ailes jusque fin 1935. Les glaces de phares sont plates, les chevrons sont bien sûr placés derrière les barres de la grille chromée. Toutes ces caractéristiques nous font penser à une 11AL entre fin 1934 et fin 1935.

 

Une datation plus précise n’est pas possible, vu que la plaque d’immatriculation n’est pas lisible. Remarquez tout de même le phare (antibrouillard?) marqué d’une flèche blanche sur la partie droite du pare-chocs avant.

La 11AL de Loriol:

Une image de plus envoyée par notre ami Thierry Dubois. Elle représente le boulevard Maritime à Barneville-sur-Mer, aujourd’hui Barneville-Plage situé au sud de Cherbourg dans la Manche. Les belles maisons très typées des années 20 sont situées sur le bord de la mer, encore épargné par le tourisme qui naîtra suite au mouvement du Front Populaire de 1936. Un chemin sépare les terrains de villégiature de la plage. Notre vue s’étend plein sud, et cette carte coloriée dégage un charme tout particulier. En la comparant à celle de Guéret à découvrir plus loin, vous voyez bien la différence de qualité du coloriage au niveau précision des traits, choix et la multitude des couleurs utilisées. Ce pourrait être un dessin signé Th. Dubois….

La Traction est une 7B, 7C, 7S ou une 11AL en finition monochrome, de couleur foncée, immatriculée 5503-KF3, numéro attribué dans le département de la Manche en début 1936. La Traction porte encore les caractéristiques des premiers modèles d’avant octobre 1935 avec les deux goulottes d’essence et les feux arrières symétriques, ce qui nous amène à postuler que c’est ou bien un des derniers modèles de 7C ou 11AL de stock vendus en 1936 ou bien d’un modèle 7B, 7S, 7C ou 11AL plus ancien, revendu d’occasion en 1936 (n’oublions pas que nous nous trouvons dans les années de crise…)

 

Un examen plus poussé de la photo montre une malle accessoire fixée sur le panneau arrière de la carrosserie. Les goulottes d’essence à moitié cachées par cette malle me font penser à la malle accessoire « TUBAUTO » traitée dans un article précédent. Nous remarquons en outre que la voiture est restée en noir et blanc, soit parce qu’elle était noire d’origine, soit que le coloriage aurait été trop difficile. Pourquoi avoir pris en photo la voiture? Peut-être que la Traction était garée là par hasard, ou bien que ce même photographe en a profité pour immortaliser son propre véhicule?

La 7 ou 11AL de Barneville-Plage:

Photo envoyée par notre ami hollandais Laurens Schoon. Il s'agit d'une carte postale représentant le « Grand Hôtel » situé au 19 boulevard Gassendi à Digne-les-Bains (Alpes de Haute Provence) qu’il nous a envoyé. Très bien équipé pour l’époque, cet établissement de 1re classe, joignable sous le numéro de téléphone « 14 » disposait de 74 chambres tout confort avec eau chaude et froide, d’une salle de bain à l’étage, d’un ascenseur, d’un garage (dont vous voyez l’entrée à l’extrême gauche de la photo), et d’un chauffage central. La cuisine préparée par le patron et chef de cuisine J. Martin était réputée pour son gibier et ses truites. Sur le trottoir, à droite de la Traction, on peut découvrir une belle pompe à essence typée des années trente.

A noter que le boulevard Pierre Gassendi rend hommage à ce grand savant, né à Champtercier près de Digne en 1592 et mort à Paris en 1655, dont le travail scientifique portait surtout sur l'astronomie. En 1631, il est le premier à observer grâce à un télescope galiléen le passage de Mercure prédit par Kepler.

La Traction stationnée sur le côté gauche du bâtiment est une berline 11A en finition monochrome foncée: la couleur pourrait être le bleu, le bordeaux, le vert, le marron, le gris foncé ou le noir. Son immatriculation est illisible, mais vu que la voiture est dotée de deux goulottes d’essence et de feux arrières symétriques situés à la même hauteur, elle est identifiée comme étant un premier modèle d’avant octobre 1935. Sans grand risque de nous tromper, nous pouvons affirmer que la voiture appartient à un touriste.

 

Un examen plus poussé de la photo montre un porte-bagage escamotable fixé sur les ferrures du pare-chocs arrière, mais dont la marque n’est pas identifiable. Cet accessoire fut très prisé sur ces modèles à malle borgne, surtout sur les 11 Berline et Limousine, vu que l’accès du coffre (très petit par opposition à la capacité de transport du véhicule) à partir de l’habitacle était malaisé.

La 11A de Digne-les-Bains:

Encore du Dubois! C’est une carte postale représentant le Boulevard de la République à Cosne-sur-Loire (situé dans la Nièvre, région Bourgogne) qui est parallèle à la rue St-Jacques, où passait la N7 qu’empruntait régulièrement un certain François Lecot. Cosne-sur-Loire est d’origine très ancienne et fut habitée dès la préhistoire par les hommes du Paléolithique. Les objets en silex, en corne de cerf ou de renne rencontrés dans les fouilles en témoignent.

Le coin de maison à droite abrite une curiosité: une superbe affiche Citroën faisant de la publicité pour le Grand Garage E. Barre, concessionnaire exclusif de la Marque de la localité, est fixée sur la face intérieure du volet, on pouvait donc rabattre cette réclame. Tout au fond de cette rue, une plaque émaillée Citroën ovale est fixée au pignon de la maison faisant le coin, vous pouvez la deviner au-dessus de la tête du monsieur qui se promène au beau milieu de la rue. Il faut dire que les places de parking ne manquent pas ici et que le trafic est plutôt minimaliste….

La Traction dont le pare-choc arrière manque porte le numéro d’immatriculation 7233-LP1, attribué dans la Nièvre vers mai/juin/juillet 1934 (le calcul est assez imprécis, car entre décembre 1931 (1LP-1) et mars 1936 (1LP-2), il y avait tout juste 10.000 nouvelles immatriculations). Il pourrait s’agir d’une des toutes premières 7B, supposition confirmée par la présence sur le tableau de bord du premier mécanisme d’ouverture de pare-brise à bras chromés (visible à travers la lunette arrière sur le cliché original). Ce n’est pas une 7S apparue au même moment, car notre Traction dispose du petit cache-roue et des pneus étroits.

 

La 7B en finition bordeaux ou bleu avec ailes et cache roue noirs semble flambant neuve, sans dégâts apparents. Pourquoi le pare-choc est-il alors absent et les ferrures intactes encore en place? Peut-être que le propriétaire a prévu de mettre des pare-chocs accessoires ou qu’il trouve ce look plus agressif?

La 7B des Cosne-sur-Loire:

Le cabriolet Traction bicolore (beige Maintenon, gris clair ou couleur spéciale) avec ailes noires est doté de jantes Michelin ajourées non d’origine, peintes dans la couleur de la carrosserie, munies de gros enjoliveurs chromés accessoires. L’essuie-glace droit dont le ressort qui le maintient contre le pare-brise semble hors d’usage, car il prend appui sur le capot (attention aux rayures!!!). Les phares sont des Marchal (parabole striée et verre plat non strié), les klaxons sont à huit vis. Les volets de capot avec ergots en position arrière s’ouvrent en sens opposé, caractéristiques des modèles d’après le 1ier juillet 1934. Ces caractéristiques permettent de penser qu’il s’agit d’un cabriolet 7B ou d’un des premiers cabriolets 7C d’avant le 1ier octobre 1934. L'état général moyen de la Traction, corrélé aux clignotants montés au sommet des ailes avant, conformes à la nouvelle législation, permet de dater la photo après 1936, qui correspond en outre au style de l’habillement des passagers.

Le cabriolet 7 avec immatriculation en W1:

Droits réservés

Droits réservés

Droits réservés

Droits réservés

La 11A de Ronce:

La Traction est une 11A (identifiable à ses goulottes d’essence situées à la même hauteur que les feux arrières), probablement monochrome noire, immatriculée 8070-DG3, cette vue ne permet pas de différencier le modèle exact (berline, limousine 6 places, coupé court 5 places ou coupé long 5 places). Grâce à notre ami et abonné Arnaud Blanc-Nikolaïtchouk, nous savons que la série DG3 a été utilisée de décembre 1933 à juillet 1936 en Charente-Maritime, donc pendant quelque 32 mois. Si l’on considère que les 9999 combinaisons du DG3 ont été utilisées et que l’immatriculation des voitures a été plus ou moins constante entre fin 1933 et  juillet 1936 (en simplifiant bien sûr), on peut calculer que la 11A a été immatriculée vers le mois de décembre 1935 et serait donc un des tout derniers modèles de 11A sans malle ouvrante. Rappelez-vous que les Traction Avant sans malle ouvrante sont sorties de Javel jusqu’en octobre 1935, et deux à trois mois entre la sortie de chaînes et l’immatriculation me semble correcte en ces temps de crise où une voiture assez luxueuse se vendait mal. La voiture appartenait à un habitant de la région, et pourquoi pas au patron de la chaîne de boucherie qui avait sûrement de quoi se payer ce petit luxe?

 

La photo de droite montre à peu près la même vue, mais prise à une cinquantaine de mètres en arrière, la boucherie se trouvant un peu derrière le cycliste. Cette vue datant de 1937 montre que la bicyclette était le moyen de locomotion privilégié, la voiture est encore extrêmement rare en province.

Cette photo nous a été envoyée par notre ami suisse Andreas Rutishauser (www.traction.ch). La qualité technique est médiocre, comme celle de la 7S du village de la Creuse, et montre une Traction de couleur foncée garée à Ronce-les-Bains (Charente-Maritime), petite ville située face à l’Île d’Oléron, au pays des ostréiculteurs dont la fierté sont les huîtres de Marennes-Oléron. La photo a été prise dans l’avenue Gabrielle devant la « Succursale de la Tremblade » dont le patron boucher semble avoir plusieurs filiales. La devanture est peinte dans ce blanc immaculé qui dégage une impression de sérieux et de propreté. Un utilitaire léger appartenant peut-être à l’entreprise pointe son arrière de la rue juste derrière le commerce.

 

Il semble bien que ce soit le jour du marché local. Derrière la Traction, les camionnettes garées à moitié sur le trottoir ont amené les marchandises présentées sur les étalages placés le long du côté droit de la chaussée. La photo n’est pas spontanée, plusieurs personnages ont pris une pose de circonstance.

Encore une photo qui nous a été envoyée par notre abonné et ami Jean-Yves Amathieu. Elle montre la Place Bonnyaud à Guéret. C’est une carte postale dont le cliché pris en noir et blanc a été recoloré par la suite, de façon assez sommaire surtout en ce qui concerne les voitures. Cette photo est très intéressante dans le sens où elle vous montre le parc automobile du milieu des années 1930, composé encore dans la très grande majorité de « caisses carrées » que la 7 visualisée par la flèche blanche déclasse en dinosaures. Vous trouverez plus tard encore d’autres photos qui vous visualisent le choc culturel provoqué par les formes de la 7.

La Traction est une 7B, 7C, 7S ou une 11AL (toit apparemment tôlé) coloriée intégralement en rouge framboise. La couleur des ailes n’est plus identifiable sous la couche de couleur, mais le coup de pinceau a épargné la roue arrière droite qui semble être de couleur claire. La monocoque serait-elle en finition monochrome? Sur l’agrandissement de l’image, on peut deviner la plaque arrière centrale.

 

On ne peut rien dire plus au risque de tomber dans la spéculation naïve.

 

L’agrandissement de droite vous montre bien la technique de la recoloration des photos: on retouche donc la photo elle-même et non le négatif comme l’on a souvent fait pour les clichés en noir et blanc.

La 7 ou 11AL de la place Bonnyaud de Guéret:

J’ai trouvé cette photo dans « l’Illustration » du 3 octobre 1936, numéro spécial sorti à l’occasion du Salon de l’automobile de 1936, et quelque chose avait retenu mon attention. Regardez bien la photo, d’assez mauvaise qualité: qu’est-ce qui vous saute aux yeux? Oui, c’est bien la 7S de Pierre Louÿs, belle photo prise dans un port. J’ignore lequel, toutefois, il devrait s’agir d’un port en Corse. Le bateau en gros plan n’est pas l’«Île de Beauté». Sur la 7 Sport, vous voyez bien la graisse débordant sur la jante avant gauche; la plaque d’immatriculation est la bonne, mais… eh oui, les klaxons normalement placés sur les pare-chocs sont absents, et on a dessiné des grilles de klaxons (voir flèche rouge) dans les ailes avant, pour en faire un millésime 1935 ou 1936.

Une 7A noire est garée à côté Elle est immatriculée 3708-KI ou K1, numéro d’immatriculation que je n’ai pas pu attacher à un département, car cette combinaison ne s’y trouve pas, celle de la Corse fut le xxxx-DT. La 7 a subi les mêmes retouches que la 7S; on distingue bien son toit en moleskine et ses pancartes « 7  EN RODAGE  7 » dans sa lucarne arrière, typique des premières « 7 » sorties d’usine. Elle nous rappelle la photo de la rue d’Ajaccio qui montre une 7A noire derrière la 7S. Serait-ce la même? Il se pourrait bien vu le nombre faible de voitures circulant en Corse en 1934.

La 7S et la 7A de Corse:

Droits réservés

Droits réservés

Droits réservés

Pentagone:  SUITE DE L’ARTICLE   3
Pentagone:   1  DEBUT DE L’ARTICLE

Documents

Traction 34/35

Zone de Texte: La résistance de la
monocoque
Zone de Texte: Photos d’accidents avec TA 34 /35 (1) (2)
Zone de Texte: Le poste TSF
Citroën
Zone de Texte: L’historique et la technique du Poste
Zone de Texte: Le projet de remise en fonction TSF
Zone de Texte: Tous les Postes TSF
 connus à ce jour 
Zone de Texte: DOCUMENTS ET
ARCHIVES 
Zone de Texte:
Zone de Texte: Le coffre de série et malles accessoires
Zone de Texte: Le système 
« Aérocamp »    
Zone de Texte: Les accessoires 
1934 et 1935
Zone de Texte: Les publicités
avec Traction 
Zone de Texte: Le détail de
l’intérieur des TA
Zone de Texte: Les freins 
Lockheed
Zone de Texte: Les carburateurs
Solex
Zone de Texte: Les pneus et jantes
Michelin
Zone de Texte: Le toit ouvrant
 « Celer »
Zone de Texte: Les phares Marchal
Cibié et Ducellier
Zone de Texte: Les films Citroën
en 1934
Zone de Texte: Expéditions, voyages, littérature
Zone de Texte: Traction Avant dans Concours Elégance
Zone de Texte: Zone de Texte:

Documents

des Années 34/35

Zone de Texte: Les calendriers
1934 et 1935 
Zone de Texte: Les Stations Service
des années 30
Zone de Texte: Les carburants
des années 30 
Zone de Texte: Le test d’époque d’un faux-cabriolet
Zone de Texte: L’Esprit Nouveau
des années 30
Zone de Texte: L’architecture
des années 30
Zone de Texte: Les nouvelles 
technologies
Zone de Texte: Les évènements de la vie de l’auto 34/35
Zone de Texte: Le Paquebot-Yacht
« Île de Beauté »
Zone de Texte: L’autodrome de
Linas-Montlhéry
Zone de Texte: Zone de Texte: Zone de Texte: Zone de Texte: Zone de Texte: La route 
des années 30

Les Cartes Postales avec Tractions Premiers Modèles (2)

Traction Avant 1934-1935

Droits réservés

Droits réservés

Droits réservés

Droits réservés

Droits réservés