1° Le début de la TSF dans les voitures

Plan de cette page:

1° Les débuts de la TSF dans les voitures

2° La technique du poste TSF Citroën

Les différences entre les « Type AB » et « Type 204 »

Le mode d’emploi original du poste TSF Citroën

La publicité pour le poste TSF Citroën

Ah, le poste TSF Auto-Home Citroën. Mythique, mais peu connu, je ne pensais pas en trouver une trace. Erreur, comme vous allez le découvrir sur les pages suivantes. Peu de Tractions en furent équipées, le prix prohibitif freinant probablement sa diffusion. Trois Tractions au moins équipées de cet accessoire sont connues:

 

· la 7 berline du Salon de l’automobile de Paris d’octobre 1934 (que vous allez découvrir plus loin)

· la 7 cabriolet bleu marine de Jacqueline Citroën

· la 11A berline du « Paris-Nice » 1935 d’Émile Pouderoux

 

Notre projet de remise en fonction d’un poste TSF Auto-Home Citroën dans une Traction 7S de 1934 va été lancé sous peu.

 

La 11AL des 400.000 km de François Lecot fut elle aussi équipée d’un poste TSF, mais de marque « LMT Le Matériel Téléphonique » dont j’ai trouvé trace, mais pas encore jusqu’à présent d’images de ce poste automobile .

 

Mais en fait, la TSF dans les voitures existe depuis quand? Aux États-Unis, on a commencé à sortir des voitures équipées d’un poste de radio à partir de 1929 exclusivement dans les voitures de luxe. En mars 1930, les ingénieurs français en étaient seulement aux essais, et lorsqu’en juin de cette année, un journal organisa le « Rallye-Automobile-TSF», une seule maison présenta un modèle plus ou moins au point. Les obstacles à surmonter étaient nombreux et d’importance: l’alimentation en courant du superhétérodyne à plusieurs lampes par les dynamos anémiques, la réception difficile des stations due aux déplacements incessants du véhicule par rapport au poste émetteur et la disponibilité de suffisamment de place pour installer des appareils lourds et encombrants composés de plusieurs éléments séparés proposés en 1931/32.

L’article suivant, publié dans la « Revue des Usagers de la Route » de juillet 1934 illustre aussi bien la technique que les problèmes y afférents. Notez au passage le style assez lourd et parsemé de virgules aux endroits les plus inattendus…

 

LE PROBLEME DE LA TSF EN VOITURE:

 

Ce problème peut être envisagé de plusieurs points de vue. On peut vouloir installer à bord de la voiture un poste complet, alimenté uniquement par les moyens du bord (batterie de la voiture), sans antenne extérieure, et susceptible de fonctionner à tout instant, que la voiture soit en marche ou arrêtée.

 

Des installations de ce genre existent depuis plusieurs années. Elles ont pris naissance en Amérique et s’y sont développées de telle sorte qu’on a, paraît-il, l’année dernière, vendu aux États-Unis, plus de postes pour voitures que de postes pour installations fixes. Nous reviendrons tout à l’heure un peu plus en détail sur ce point. Si l’on se borne à vouloir utiliser la TSF à l’arrêt, le problème se simplifie très fortement: on peut en effet, dans ce cas, utiliser un poste de TSF ordinaire, poste de modèle ancien (piles et accumulateurs) ou poste secteur.

 

Avec des postes alimentés par des piles et accumulateurs, aucune difficulté. Il est recommandé de prendre un poste de petite dimension pour ne pas augmenter le volume et le poids des bagages. Il en existe, à l’heure actuelle, de très nombreux types.

Il suffira de prévoir sur la batterie de la voiture, une prise de 4 Volts, c’est-à-dire sur deux éléments, pour alimenter le chauffage des lampes. Sur un assez grand nombre de postes de marque américaine, le chauffage doit être pris sur trois éléments, c’est-à-dire, pour les voitures où l’installation est de 6 Volts, sur une prise quelconque du réseau.

 

Pour la haute tension, on peut utiliser une batterie de piles, ce qui, naturellement, simplifie la question au maximum. Hâtons-nous de dire d’ailleurs, que ce n’est pas la solution qui donne les résultats les meilleurs. Les piles ne permettent, en effet, qu’une tension relativement réduite (pratiquement, on ne peut guère dépasser 120 Volts), et, malgré que les appareils modernes se soient nettement perfectionnés, la puissance du poste se retrouve assez réduite. D’autre part, les piles s’usent, et la batterie ne peut guère durer plus que le voyage des vacances lui-même. Nous allons voir, un peu plus loin, que, grâce à une installation assez simple, on peut s’affranchir de l’obligation d’utiliser des piles, en ayant recours à la batterie de la voiture et à un transformateur.

 

La question du collecteur d’ondes se résout très simplement lorsqu’on ne veut utiliser son poste qu’à l’arrêt: on installe alors une antenne de fortune en tendant un fil convenablement isolé, entre la voiture et un arbre ou un poteau télégraphique voisin. A la rigueur, on peut se contenter de placer l’antenne sur le sol, si on est à proximité d’un poste émetteur. Il n’est pas besoin, en général, de se préoccuper de la prise de terre. On pourra, si l’on veut, utiliser la masse du châssis comme contrepoids.

2° La technique du poste TSF Citroën

Vous pouvez maintenant mesurer le progrès réalisé par la Maison Citroën qui, en 1934, a lancé sur le marché un poste TSF compact ayant une qualité de réception tout à fait correcte, fonctionnant dans la voiture sous 6 Volts (courant continu) tandis qu’à domicile, il est utilisable sur secteur de 110 ou 220 Volts (courant alternatif) ! Oui, vous avez bien lu: ce poste fonctionne sur secteur à domicile, puis après installation dans votre voiture sur batterie d’accumulateurs: en enfonçant le poste dans son support (photo à gauche), le contact s'établit automatiquement au moment où les broches situées sur la face arrière de la cassette de fixation pénètrent dans les douilles du poste. Ensuite, le levier chromé situé à droite qui immobilise le poste est relevé (photo du milieu) et sécurisé par un système antivol à clé (photo à droite). Tout simplement génial !

Pour l’installation, on s’en rapportera évidemment au fournisseur du poste. Disons simplement quelques mots sur les dispositions générales à adopter et les précautions à prendre. A propos de l’alimentation, rien de bien nouveau: tout se passera comme nous venons de l’indiquer dans le paragraphe précédent: le chauffage des lampes se fait par la batterie d’accumulateurs et l’alimentation à haute tension au moyen d’un petit groupe commutatrice ou par un vibreur.

 

Le collecteur d’ondes est constitué en général par un treillis métallique que l’on dispose dans le toit de la voiture entre l’enveloppe extérieure et le drap du capitonnage. De la sorte, il est complètement invisible, et ne dépare en rien les plus belles carrosseries. On peut également disposer une antenne sous les marchepieds de la voiture, mais le résultat est moins bon, et là, elle est exposée à des chocs ou au moins à une détérioration assez rapide.

 

La partie la plus importante de l’installation du poste permanent à bord d’une voiture consiste dans la chasse aux parasites. Il y a en effet à bord des voitures des sources de parasites extrêmement puissantes dont il faut à tout prix annihiler l’effet. Les appareils d’allumage avec le rupteur de courant primaire, les circuits qui amènent le secondaire aux bougies, tout cela constitue les circuits oscillants qui envoient à chaque étincelle un train d’ondes dans l’appareil récepteur, lequel traduit fidèlement ces phénomènes par des bruits plus ou moins désagréables et intenses. Le principe de l’antiparasitage consiste à shunter toutes les interruptions de courants au moyen d’un condensateur d’assez forte capacité (un microfarad au moins) et de disposer sur les circuits où passe du courant à haute tension une résistance. Tous les organes métalliques, tels que tringles, flexibles, susceptibles de se déplacer ou de vibrer pendant la marche de la voiture, doivent être soigneusement mis à la masse par un câble conducteur soudé sur l’organe d’une part et sur la masse du châssis d’autre part. En conséquence de ces considérations générales, on voit qu’on sera amené à placer des résistances qui sont de l’ordre de 10000 à 20000 Ohms sur chacun des fils de bougies, aussi près que possible des fils de la bougie. Une résistance analogue sera placée entre la bobine et la tête d’allumage sur le fil secondaire. On mettra un condensateur en parallèle avec le primaire de la bobine. Un autre condensateur sera placé à la sortie de la dynamo, pour étouffer les bruits provenant des étincelles au collecteur.

 

Heureusement que dans une voiture, tous les organes susceptibles de produire des parasites se trouvent sous le capot et par conséquence enfermés dans une cage entièrement métallique, qui empêche presque complètement les oscillations électriques de se propager à l’extérieur. On évitera néanmoins de placer le poste trop près de la planche garde-crotte: on peut, dans bien des cas, le mettre sous la planche porte-appareils, mais chaque fois qu’on pourra le placer à l’arrière de la voiture, cela n’en vaudra que mieux. La commande du poste se fait par deux boutons que l’on dispose sous la main du conducteur, soit sur la colonne de direction, soit sur la planche porte-appareils. Un des ces boutons forme interrupteur, et volume contrôle. L’autre commande les condensateurs de réglage.

 

Revue des Usagers de la Route, juillet 1934

ALIMENTATION HAUTE TENSION:

 

Voyons maintenant comment on peut prévoir sur la voiture, une alimentation pour la haute tension du poste.

 

On trouve, dans le commerce, deux dispositifs principaux, qui remplissent ce rôle: les transformateurs à trembleurs et les transformateurs rotatifs dits commutatrices.

 

Le transformateur à trembleur fonctionne sensiblement comme l’antique bobine de Ruhmkorff qui a amusé nos jeunes années: on branche la prise primaire sur la batterie d’accumulateurs, et on a, au secondaire, un courant dont la tension peut atteindre jusqu’à 250 Volts environ. C’est l’appareil le plus simple et le meilleur marché.

 

Les commutatrices ne sont pas autre chose que des dynamos à deux collecteurs: ce sont, en somme, deux machines, un moteur fonctionnant sous 6 ou 12 Volts, et une génératrice produisant du courant à 300 Volts, qu’on a fondus en une seule, ayant les inducteurs communs et les enroulements induits montés sur la même armature. Sur l’un des collecteurs arrive le courant d’alimentation provenant de la batterie d’accumulateurs; sur l’autre, on prend le courant à haute tension.

 

Les commutatrices fournissent du courant continu: rappelons que l’on appelle improprement courant continu, du courant ondulé dont la fréquence d’ondulation est égale au nombre de lames du collecteur qui passe sous les balais en une seconde.

Pour que le courant des commutatrices soit utilisable dans un poste, il est indispensable de le filtrer sous peine d’entendre des parasites important, des crachements, un ronflement continu qui empêche toute finesse d’audition. Le filtre, composé comme d’habitude, de deux selfs et de deux condensateurs, sera placé sur le même bâti que la commutatrice. Le tout sera enfermé dans une boîte métallique et monté à demeure sur le châssis de la voiture, à proximité de la batterie; on pourra disposer, par exemple, un coffre en dessous du plancher pour loger cette petite installation. Un commutateur mis à portée de la main, permettra de mettre la commutatrice en route au moment où on désire recevoir une audition. Au moyen d’une prise de courant multiple et d’un câble souple, on reliera le poste à la commutatrice et aux accumulateurs: son alimentation sera ainsi assurée.

 

Il est recommandé, lorsqu’on n’use de poste TSF qu’à l’arrêt, de placer ce poste à l’extérieur de la voiture, le plus loin possible de la commutatrice. Malgré le blindage dont celle-ci est entourée, son influence sur la pureté de réception n’est pas négligeable, et elle est naturellement d’autant plus forte que le poste est plus près de la commutatrice. Il sera bon, pour éviter autant que possible cette interaction des deux appareils d’enfermer complètement le poste récepteur dans une cassette métallique.

 

INSTALLATION COMPLETE:

 

L’installation complète ne diffère pas, en principe, de celle que nous venons de décrire: elle comporte simplement quelques dispositifs complémentaires.

 

Pour une installation permanente à bord d’une voiture, il est indispensable, à notre avis, d’utiliser un poste récepteur spécialement construit dans ce but. Ce poste doit remplir, en effet, certaines conditions que l’on ne retrouve pas dans les postes usuels: en particulier, il doit avoir des dispositifs antiparasitaires et anti-fading, faute de quoi il est à peu près impossible d’avoir une audition pure quand la voiture roule. Il existe dans le commerce un assez grand nombre de modèles, la plupart américains, et qui donnent tous d’excellents résultats. Nous avons, en ce qui nous concerne, expérimenté les postes auto-radio Snubbers (fabrication Philco) montés par les établissements Mertens. Au cours du récent concours Paris-Nice, un concours auto-radio avait été annexé à l’épreuve principale: trois marques de postes furent en compétition, qui donnèrent tous des résultats intéressants. Le premier prix fut remporté par Snubbers.

Installation TSF complète datant de 1934 (extrait de la « Revue des Usagers de la Route » de juillet 1934)

L’élaboration et la construction du prototype ont nécessité deux années et a donc débuté en été 1932, bien avant que Citroën n’ait pensé à la Traction Avant. Le poste avait été prévu pour les Rosalies, puis adapté à la Traction, surtout en ce qui concerne le système de fixation dans la voiture.

 

Nous pouvons ainsi postuler que la Traction Avant avait été prévue pour être munie d’une installation TSF dès sa conception. Que les Usines aient toujours été à la pointe du progrès, nous le savions déjà, mais je pense que jusqu’à ce jour, l’avant-garde technique de la Traction n’avait pas encore été illustrée sous cet aspect.

 

La publicité de lancement du récepteur TSF (extrait à droite) indique clairement que ce sont les ingénieurs des Laboratoires de Recherches Citroën ont mis au point ce poste révolutionnaire, bien que n’ayant pas d’expérience dans la construction complexe d’un système d’auto-radio qui sera commercialisé sous le nom de « Auto Home Citroën » ou « Citroën Radio Type AB ».

Qui fut ce Charles Mildé? Bien avant de s’établir comme constructeur électricien renommé pour ses appareils téléphoniques et TSF fixes, Charles Mildé avait conçu et commercialisé vers les années 1880 - 1890 des compteurs et différents instruments de mesure électriques, des appareils électriques domestiques, et surtout breveté et développé le paratonnerre.

 

On va le retrouver comme constructeur d’une voiture électrique à accumulateurs en 1897 et d’une voiture de livraison de 3 tonnes, toujours à propulsion électrique, en 1898. Sa carrière de fabricant de voitures et véhicules de livraison électriques va prendre fin à l’aube de la Grande Guerre, après qu’il ait construit des voitures automobiles de tourisme électriques jusqu’en 1909. Puis, il va se tourner vers la fabrication beaucoup plus rentable de postes TSF et d’autres appareils ménagers électriques.

 

Pour la petite histoire, il est remarquable que Charles Mildé emploie encore plus de 35 ans après la rectification du nom de rue l’ancienne orthographie sur les plaques de constructeur de ses postes radio (voir plus loin sur les photos).

 

La demande de brevet fut introduite par la Société Citroën le mardi 5 juin 1934 et l’accord lui parvint après plus de 3 mois, le lundi 17 septembre 1934. La présentation eut lieu au Salon de l’Automobile de Paris qui eut lieu entre le 4 et le 10 octobre 1934 au Grand Palais.

 

L’appareil TSF nu avec cordon secteur fut vendu 1750 Francs, les accessoires pour le montage dans la voiture étant facturés avec un supplément de 775 Francs, ce qui amenait la facture finale pour un poste complet à 2525 Francs, montage non compris… et tout cela pour une voiture d’un prix d’achat de moins de 20000 Francs !!! Il est dès lors compréhensible que le succès total n’ait pas été au rendez-vous, surtout dans ces années de crise.

 

Ce qui amena probablement Michelin, suite à la mise en faillite des Usines Citroën fin 1934, à délocaliser à partir de 1935 la fabrication peu rentable du poste TSF vers la maison Charles Mildé Fils & Cie établie au 60 de la rue des Renaudes à Paris XVIIe (précédemment rue Desrenaudes, l’orthographie ayant été rectifiée en 1897).

 

Il sera dès lors commercialisé sous le nom de Radio « Citroën-Mildé Type 204  ». Une confirmation de cette hypothèse se retrouve dans l’appellation « Type 204 » qui est une appellation non pas fantaisiste, mais qui s’insère dans la numérotation courante de la gamme des radios du constructeur Mildé. En effet, il existe le type « 203 portable » qui est un récepteur 6 lampes et 2 gammes d'ondes construit en 1935, ce qui nous confirme en même temps la date.

3° Les différences entre le « Type AB » et le « Type 204 »

Pendant que je faisais des études sur l’« Auto-Home Citroën », en recherchant de la documentation (extrêmement rare) sur le sujet, deux amis tractionnistes m’ont communiqué qu’ils étaient eux aussi en possession d’un de ces postes, et il m’ont envoyé des photos. Un très grand merci à Bengt de Suède et à Bouwe des Pays-Bas pour leur contribution et leur amitié. En dépeçant ces images, j’ai rapidement vu qu’il y avaient des différences assez nettes entre ces trois radios, et qu’en fait, il n’y avait PAS UN SEUL, mais (au moins) TROIS MODELES DIFFERENTS de ce fameux « Auto-Home Citroën » !! Il y a quelques mois, un de ces vénérables appareils avait été mis aux enchères sur Ebay (image à droite). Peint au pinceau en rouge vif, et acquis par l’un des deux compères, il a été restauré à l’origine. Il n’y avait plus de plaque constructeur, mais je suis sûr qu’il s’agit d’un « Type 204 ». C’est pourquoi il n’est pas repris dans le tableau suivant qui reprend les différences majeures entre les 3 types identifiés.

Même ce poste peut se trouver sur Ebay...

LE POSTE DE TSF CITROEN

 

Le poste CITROEN-MILDE est un appareil comportant les derniers perfectionnements techniques connus jusqu’à ce jour en TSF. Il fonctionne:

 

1° Sur voiture avec batteries 6 volts (ou 12 Volts sur demande) ;

2° En appartement, sur courants alternatifs (110, 120, 130, 220 Volts), 25 à 50 périodes.

 

C'est un appareil superhétérodyne à 5 lampes, plus une valve utilisée uniquement dans le fonctionnement sur secteur alternatif. Prodigieusement sensible, il permet la réception en haut-parleur de tous les émetteurs européens, tant sur voiture qu'en appartement, avec antenne réduite. La sélectivité a été poussée au maximum, sans nuire pour cela à la musicalité. De plus, un dispositif correcteur automatique de puissance permet une réception uniforme des postes locaux et étrangers, évitant ainsi le désagrément du « fading ». Le haut-parleur a été l'objet de soins particuliers de montage et de mise au point. Il peut, en effet, malgré ses dimensions réduites, débiter une puissance de 3 Watts, sans altérer en rien les qualités musicales.

 

Ce poste, lors du fonctionnement sur voiture, utilise un convertisseur lui donnant du courant continu filtré 325 volts. Ce système possède sur les vibreurs employés jusqu'à ce jour le gros avantage d'une incomparable solidité, qualité essentielle pour des postes continuellement soumis aux secousses de la voiture et aux vibrations du moteur.

MISE EN PLACE DU POSTE

 

Le support du poste étant fixé et branché, ainsi que le convertisseur, les dispositifs anti-parasites étant placés sur la voiture, présenter le poste devant son support. Le poste est guidé pour sa mise en place, par 2 ferrures latérales, glissant dans deux logements pratiqués dans la boîte support. Le contact s'établit automatiquement en enfonçant le poste dans son support, au moment où les broches pénètrent dans les douilles du poste. A ce moment, relever le levier de blocage que l'on introduira dans son logement et que l'on verrouillera avec la clé. Les six broches de droite ne sont pas utilisées dans le cas de marche sur voiture; elles contribuent uniquement à la fixation.

 

DEPOSE DU POSTE

 

A l'aide de la clé, libérer le levier de blocage, abaisser celui-ci à fond. A ce moment seulement, sortir le poste de son support en le tirant lentement.

 

FONCTIONNEMENT SUR SECTEUR ALTERNATIF

 

L'appareil étant relié à la terre (tuyau d'eau, de gaz, de chauffage central ou plaque métallique de 1 à 2 mètres carrés enterrée), une antenne intérieure de 4 à 8 mètres suffit pour obtenir une réception parfaite de presque tous les postes européens. Dans de mauvaises conditions de réception il est préférable de se servir d'une antenne extérieure. Brancher le cordon spécial (6 broches d'un côté et 2 broches de l'autre), d'un côté au poste et d'autre part à une prise secteur. Les différents courants sont obtenus par diverses prises sur le primaire du transformateur du poste. (Déplacer le fusible pour obtenir: 110, 120,130,220 Volts).

 

Note importante:

 

Avoir bien soin de s'assurer, avant d'effectuer le branchement sur le secteur, que le fusible monté sur le transformateur est bien placé dans la position correspondant à la tension du secteur. Démonter l'arrière du poste et retirer la valve pour le vérifier.

Si la tension de secteur est sujette à irrégularités, ne pas hésiter à employer la prise supérieure (120 pour 110, 130 pour 115, etc...). Au départ de l'usine, le fusible est placé sur 120 Volts. Ne le placer sur 110 que si la tension de secteur est plutôt inférieure à 110 Volts. Dans la généralité des cas, la position 120 est celle qui convient.

 

NOMENCLATURE DES PIECES FOURNIES POUR INSTALLATION SUR VOITURES 7 ET 11 CV CITROEN

 

1 Poste complet avec son cordon alimentation secteur.

1 Support.

1 Convertisseur.

4 Résistances de bougies.

1 Résistance de bobine.

1 Condensateur antiparasite pour dynamo.

1 Faisceau blindé 4 conducteurs (convertisseur-poste) .

1 Faisceau blindé 2 conducteurs (convertisseur-démarreur).

2 Ferrures à bracelet No 51. 2 Ferrures AR No 55.

2 Isolateurs Nos 52 et 53.

8 Isolateurs d'antenne en porcelaine No 57.

8 Crochets d'attache No 56. 4 Ressorts No 58.

10 Mètres fil d'antenne.

1 Câble de montée d'antenne No 54.

3 Colliers.

3 Vis « Parker»

MONTAGE DU SUPPORT DE POSTE

 

Présenter le support de poste et percer trois trous de 7 mm. dans la traverse AR support de coque. Aucune erreur n'est possible dans le montage du support de poste sur la traverse, étant donné la position du levier de frein à main, dont le passage a été ménagé et dont l'axe est utilisé comme départ des cotes (voir schéma de perçage, figure 1).

Percer un trou de 7 mm dans le renfort AR de coque, en déterminant son emplacement par rapport à la fixation sur la traverse AR support de coque. Fixer le support de poste au moyen de 5 boulons. Pour le boulon inférieur que l'on montera le premier, on aura soin de dévisser les deux vis fixant la ferrure au support de poste, dans le but de faciliter le montage. Monter sur la plaquette à bornes, située à la partie inférieure du support de poste, les fils d'arrivée de courant et d'antenne, comme il est indiqué sur le schéma de câblage du support de poste (fig. 2).

 

Il est indispensable de respecter les couleurs:

 

H.T. (Haute tension) ………...JAUNE

+6 (+6volts) …………………..ROUGE

R (relais) …………………….. BLEU

- 6 (- 6volts) …………………..NOIR

A (antenne) …………………..ROSE

 

Poser la plaquette formant couvercle et la fixer à l'aide de 2 vis.

MONTAGE DE L'ANTENNE

 

L'antenne est fixée sous la voiture, au moyen de 4 ferrures et de 2 isolateurs spéciaux. Les 2 ferrures à bracelet se posent à l'avant, sur les supports de pare-choc. Placer ces ferrures le plus en arrière possible (avec interposition d'un tour de chateron). Bloquer les écrous de serrage pour obtenir un montage rigide. Les 2 ferrures arrière se fixent au moyen des boulons fixant la plaque de police sur la coque. Les isolateurs se posent sous la coque (suivant figure 3).

Percer de chaque côté, suivant les cotes indiquées au schéma de perçage (figure 4), un trou de 20 mm. L'extrémité de l'entrée d'antenne sera fixée à l'isolateur de droite, l'autre extrémité sera connectée à la borne A du support de poste.

 

Le fil de masse du câble d'antenne sera connecté sur la borne - 6 du support de poste. Les extrémités AR et AV de l'antenne sont fixées aux ferrures par l'intermédiaire de crochets, d'isolateurs et de ressorts. Veiller à ce que, après pose, les ressorts aient un allongement de 1 à 2 cm par rapport à leur position de repos, ceci pour obtenir la tension nécessaire du câble d'antenne.

 

Nota: Les parties transversales de l'antenne doivent être soudées sur les fils longitudinaux, sauf la transversale qui se trouve fixée aux isolateurs de traversée. Employer une soudure à base de résine (non acide). Pour les voitures autres que la 7 et la 11 « Citroën », on s'efforcera autant que possible, de placer l'antenne dans le pavillon, entre les garnitures intérieure et extérieure.

Cette antenne sera constituée par une toile métallique à mailles fines. Sa surface en sera aussi grande que possible. Elle sera soigneusement isolée des parties métalliques de la carrosserie. On aura soin:

De découper complètement le grillage métallique qui existe dans beaucoup de voitures, entre les deux garnitures du pavillon.

De déconnecter le fil du plafonnier à sa source même, ou de le blinder sur toute sa longueur. L'antenne sera reliée à la plaque à bornes du support de poste par un câble blindé semblable au câble 54, dont le trajet sera aussi court que possible.

FIXATION DU CONVERTISSEUR SUR LE TABLIER

 

Percer 4 trous de 7 mm sur le tablier (voir fig. 5), ainsi qu'un trou de 27 mm, ce dernier réservé au passage du câble d'alimentation convertisseur-poste, le trou de passage du tuyau d'essuie-glace servant de départ de cotes (voir figure 6).

 

Brancher le câble d'amenée de courant au convertisseur: d'une part sur la plaquette et d'autre part sur l'arrivée de courant au contacteur du démarreur.

 

Mettre la gaine du câble à la masse en reliant ses extrémités: d'une part au couvercle du contacteur du démarreur et d'autre part à une des vis assurant la fixation du convertisseur sur le tablier.

 

Brancher les fils du câble d'alimentation sur la plaquette du convertisseur en ayant soin de respecter les couleurs indiquées (voir schéma de montage du poste, figure 7). Mettre la gaine du câble d'alimentation à la masse. Remettre en place le couvercle du convertisseur et le fixer à l'aide de 4 vis.

Nota:

1° Pendant la période de rodage, les réceptions peuvent être d'une qualité très moyenne. Au fur et à mesure du rodage, la qualité de l'audition ira en s'améliorant.

A ce point de vue, le système de transmission est à surveiller attentivement. La boite de vitesses peut constituer une source importante de parasites, surtout pendant les périodes de freinage, lorsque son graissage est assuré imparfaitement, par suite de l'emploi d'une huile trop épaisse.

2° Au cas où la voiture est équipée avec une dynamo compound, nous préconisons son remplacement par une dynamo à régulateur de tension. Consulter à ce sujet le Service des Pièces Détachées des Établissements Citroën.

3° Nous avons prévu le remplacement éventuel des résistances de bougies par un ensemble de blindages très efficace.

Nous consulter à ce sujet.

MONTAGE DES ACCESSOIRES (voir fig. 8).

 

Il ne reste plus qu'à monter les derniers accessoires anti-parasites :

Fixer le condensateur de dynamo au moyen d'une des vis de fixation du régulateur de tension et brancher son fil sur le câble d'arrivée au régulateur.

Monter les résistances sur les bougies, ainsi que sur le câble central de la bobine. Brancher les fils de bougies (voir fig. 8).

4° Le mode d’emploi original du poste TSF Citroën

Bien sûr, vous allez trouver bientôt les photos détaillées de tous les postes connus la page spéciale qui leur est consacrée. Un projet de remise en fonction d’un poste « Type AB » dans une 7S est en route. Une page spéciale sur ce projet est réalisée sur notre site. Merci de toute aide de votre part. Je recherche surtout le boîtier de montage de la voiture.

Documents

Traction 34/35

Zone de Texte: La résistance de la
monocoque
Zone de Texte: Photos d’accidents avec TA 34 /35 (1) (2)
Zone de Texte: Cartes postales à Tractions (1) (2) (3)
Zone de Texte: Le projet de remise en fonction TSF
Zone de Texte: Tous les Postes TSF
 connus à ce jour 
Zone de Texte: DOCUMENTS ET
ARCHIVES 
Zone de Texte:
Zone de Texte: Le coffre de série et malles accessoires
Zone de Texte: Le système 
« Aérocamp »    
Zone de Texte: Les accessoires 
1934 et 1935
Zone de Texte: Les publicités
avec Traction 
Zone de Texte: Le détail de
l’intérieur des TA
Zone de Texte: Les freins 
Lockheed
Zone de Texte: Les carburateurs
Solex
Zone de Texte: Les pneus et jantes
Michelin
Zone de Texte: Le toit ouvrant
 « Celer »
Zone de Texte: Les phares Marchal
Cibié et Ducellier
Zone de Texte: Les films Citroën
en 1934
Zone de Texte: Expéditions, voyages, littérature
Zone de Texte: Traction Avant dans Concours Elégance
Zone de Texte: Zone de Texte:

Documents

des Années 34/35

Zone de Texte: Les calendriers
1934 et 1935 
Zone de Texte: Les Stations Service
des années 30
Zone de Texte: Les carburants
des années 30 
Zone de Texte: Le test d’époque d’un faux-cabriolet
Zone de Texte: L’Esprit Nouveau
des années 30
Zone de Texte: L’architecture
des années 30
Zone de Texte: Les nouvelles 
technologies
Zone de Texte: Les évènements de la vie de l’auto 34/35
Zone de Texte: Le Paquebot-Yacht
« Île de Beauté »
Zone de Texte: L’autodrome de
Linas-Montlhéry
Zone de Texte: Zone de Texte: Zone de Texte: Zone de Texte: Zone de Texte: La route 
des années 30

L’Historique et la Technique du Poste TSF Auto-Home Citroën

Traction Avant 1934-1935

Pentagone:  SUITE DE L’ARTICLE   2

Les différences entre les 3 types d’auto-radios Citroën connus:

Caractéristiques

« Type AB »

« Type 204 »

numéro des châssis connus

3042

6003 et 6006

6122

année de construction

1934

à partir de 1935

à partir de 1935

boîtier du poste

en métal

recouvert de moleskine noire

avec raccords bien visibles

marbrures brun clair et foncé imitation bakélite

peinture structurée noire

imitation moleskine

plaque du constructeur

Citroën Radio

Ste Ame André Citroën Paris

Citroën Radio

Ch. Mildé Fils & Cie Constructeurs

Citroën Radio

Ch. Mildé Fils & Cie Constructeurs

caractéristique des inscriptions

tout est estampillé au poinçon

et à la main

tout est sérigraphié excepté numéro

de série estampillé au poinçon

tout est sérigraphié excepté numéro

de série estampillé au poinçon

cadran lumineux avec disque des stations

aucune mention de stations

mais sigle du Double Chevron

noms de toutes les stations

pas de sigle du Double Chevron

noms de toutes les stations

pas de sigle du Double Chevron

cadre du cadran lumineux

étroit, de forme pentagonale avec décorations ciselées très fines

plus large, de forme heptagonale avec décorations ciselées plus nombreuses, mais moins fines

plus large, de forme heptagonale avec décorations ciselées plus nombreuses, mais moins fines

boutons de la face avant

noirs et lisses

noirs et crénelés

noirs et crénelés

inscriptions sur les plaques entourant ces boutons

noires

rouges

rouges