Le toit découvrable de «TUBAUTO» était vendu sous le nom de «CELER», mot d’origine latine évoquant la rapidité avec laquelle une berline fermée équipée de l’option pouvait être transformée en découvrable. Développé à partir de 1933, ce dispositif pouvait s’ouvrir et fermer endéans 20 secondes grâce à 2 petites manettes intérieures, non accessibles de l’extérieur, qui s’engageaient dans les oeillettes (O). La capote en moleskine, montée sur deux cordes à piano se repliait sur elle-même. Puis, une housse en moleskine fixée par quatre boutons poussoirs (P) protégeait et sécurisait le tout. Un arceau fixe garantissait le maintien du centre du pavillon, bien visible sur cette photo datant d’avant le Salon d’octobre 1934. Un cadre métallique (C) autorisait le montage aisé avec une belle finition tout en assurant l’étanchéité.

La société «TUBAUTO» dont le siège se trouvait au 1, boulevard Bineau à Levallois (Paris) était bien connue pour ses malles accessoires et sièges de voitures dont celles montées dans les Traction Avant après avril 1935. Bien plus légers que les sièges de marque «FORE» des modèles du millésime 1934, les «TUBAUTO» à barre chromée ne pesaient que 4,8 kg.

Les deux images précédentes montrent le toit découvrable en position fermée et ouverte. Le kit pouvait être posé soit au siège de la société «TUBAUTO», soit aux Établissements «SARTON» 20, rue Gide à Levallois (Paris). Livrable avec mode d’emploi en cinq jours, le prix de l’ensemble montage compris était de «un billet» Je suppose que c’est la valeur de 500 ou de 1000 Francs d’époque. Pour rappel: une berline 7S de 11CV se vendait au prix de 20200 Francs en juin 1934.

 A voir ce cliché, le montage du dispositif était bien facile après avoir enlevé le toit souple en moleskine d’origine pour les 7A et 7B, tandis que pour les Traction à toit tôlé, dont le 7S, la construction spécifique facilitait l’installation de cette option, comme vous pouvez le voir sur l’image de restauration d’une 7 Sport de septembre 1934. On y voit bien la structure interne particulière du toit; le cadre métallique évoque encore le toit souple en moleskine, bien que cette voiture possède déjà un toit tôlé d’origine. La structure est renforcée par 3 pièces en bois dont la 2e et 3e supportent le dispositif d’éclairage intérieur.

Collection G. Loos

Guy LOOS  © 2004

Collection Citroën

Documents

Traction 34/35

Zone de Texte: La résistance de la
monocoque
Zone de Texte: Photos d’accidents avec TA 34 /35 (1) (2)
Zone de Texte: Cartes postales à Tractions (1) (2) (3)
Zone de Texte: Le poste TSF
Citroën
Zone de Texte: L’historique et la technique du Poste
Zone de Texte: Le projet de remise en fonction TSF
Zone de Texte: Tous les Postes TSF
 connus à ce jour 
Zone de Texte: DOCUMENTS ET
ARCHIVES 
Zone de Texte:
Zone de Texte: Le coffre de série et malles accessoires
Zone de Texte: Le système 
« Aérocamp »    
Zone de Texte: Les accessoires 
1934 et 1935
Zone de Texte: Les publicités
avec Traction 
Zone de Texte: Le détail de
l’intérieur des TA
Zone de Texte: Les freins 
Lockheed
Zone de Texte: Les carburateurs
Solex
Zone de Texte: Les pneus et jantes
Michelin
Zone de Texte: Les phares Marchal
Cibié et Ducellier
Zone de Texte: Les films Citroën
en 1934
Zone de Texte: Expéditions, voyages, littérature
Zone de Texte: Traction Avant dans Concours Elégance
Zone de Texte: Zone de Texte:

Documents

des Années 34/35

Zone de Texte: Les calendriers
1934 et 1935 
Zone de Texte: Les Stations Service
des années 30
Zone de Texte: Les carburants
des années 30 
Zone de Texte: Le test d’époque d’un faux-cabriolet
Zone de Texte: L’Esprit Nouveau
des années 30
Zone de Texte: L’architecture
des années 30
Zone de Texte: Les nouvelles 
technologies
Zone de Texte: Les évènements de la vie de l’auto 34/35
Zone de Texte: Le Paquebot-Yacht
« Île de Beauté »
Zone de Texte: L’autodrome de
Linas-Montlhéry
Zone de Texte: Zone de Texte: Zone de Texte: Zone de Texte: Zone de Texte: La route 
des années 30

Le Toit Découvrable « CELER »

Traction Avant 1934-1935